Bleach-rpg

Un ancien forum RPG où seuls les anciens membres peuvent encore poster
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Revan

Aller en bas 
AuteurMessage
Revan
Humain
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 28
Division : 6eme division
Date d'inscription : 27/03/2010

MessageSujet: Revan   Ven 23 Juil - 14:17

▪₪▪ Revan ▪₪▪



IDENTITÉ :

♦ Nom : Inconnu (clan Redoran)
♦ Prénom : Revan ou Raizo
♦ Âge de la mort : 23 ans
♦ Âge absolu : 37 ans
♦ Race : Shinigami
♦ Taille : 1m77
♦ Poids : 73 Kg
♦ Main : Droitier

♦ Grade : Aucun
♦ Affectation : Aucun

♦ Métier : Vagabond


PHYSIQUE :

Revan est d'apparence froide est mystérieuse. Ses cheveux mi-longs et noirs son coiffé négligemment pour la plupart du temps. Il a les yeux noirs perçant qui ne montre pourtant qu'un vide immense empli de tristesse, toutefois, sa détermination pourra se lire dans ses posture de combat. Il est de taille moyenne, mais sa taille ne l'empêche pas de faire preuve d'une grande souplesse et d'une rapidité d'exécution hors paires.
Ses tenues sont pour la plupart du temps semblable à celle des samouraïs d'autrefois. Depuis tout petit ses tenues vestimentaires ont été choisies afin de le démarquer des autres. Dans un milieu où les habits serrés et souples étaient préconisés, son maître l'obligeait à porter des vêtements amples et larges. Par la suite, à la Soul Society, Revan combina ses deux coutumes vestimentaires en gardant le hakama et en portant des kendogi moins larges, le tout, surmonté d'une cape pour ses errances.


CARACTÈRE :

Très souvent perçut comme un homme froid et arrogant, Revan s'est fait très peu d'ami depuis son enfance. Il a toujours été quelqu'un au sens du devoir développé mais qui attaché néanmoins beaucoup d'importance à ses valeurs. Valeurs qui sont celles qui lui a inculquées son maître Silkar : Famille, devoirs, sacrifice. Sa famille était dans un premier temps son clan qu'il devait protéger. Plus tard elle fût son ami Nérévar et Matsi, puis, au fil du temps d'autre sont arrivés tandis que d'autres disparaissaient. Le devoir était pour lui quelque chose d'important, c'est souvent ce qui le raccrochait à la vie alors que ses amis se faisaient tuer. Et pour finir, le sacrifice. Pour Revan le sacrifice est une chose utile lorsqu'il n'y a plus d'autres alternatives. Se sacrifier pour quelques proches est quelque chose d'impardonnable pour beaucoup, mais pour Revan, mourir au combat est la seul issue qu'il envisage. C'est ainsi qu'il avance. Avec force, courage, silence et détermination.


PERSONNALITÉ :

♦ Aime :

  • Observer le lever du soleil
  • La loyauté
  • Sa liberté

♦ Déteste :

  • La fourberie
  • Perdre des êtres chers
  • La violence

♦ A peur :

  • De perdre Matsi
  • De Raven



ARMES PERSONNELLES :


♦ Type d'arme: Zanpakutô
♦ Nom de l'arme: Storbinger

♦ Description de l'arme:
Le manche est tressé de cordage tandis que sont inscrites sur la lame des runes qui sont en constants mouvements depuis son séjour dans l'autre dimension.
Storbinger prit bien des formes. Au tout début, alors qu'il était qu'un enfant, le sabre appartenait à la classe moyenne des katanas. Plus tard, lorsqu'il devînt Shinigami et adulte, Storbinger s'allongea et la lame devînt plus épaisse et plus tranchante. Depuis lors, Revan portait ce sabre sur son dos. Toutefois les changements ne s'arrêtèrent pas là. Lorsque Revan devînt plus puissant et qu'il fût promu Lieutenant avant de disparaitre dans le Hueco Mundo aux côtés d'Huritawa, Storbinger se rétracta de nouveau et depuis elle ne changea plus de forme jusqu'à ce que l'incident ne survienne. À son retour d'exil dans la dimension de Storbinger, le zanpakutô se trouvait avoir retrouvé la forme qu'il eut lorsque Revan était encore soldat : De grande taille il se doit de porter ce sabre à deux mains.


♦ Type d'arme: Zanpakutô
♦ Nom de l'arme: Mikomi

♦ Description de l'arme:
Mikomi qui signifie espoir. Ce zanpakutô qui aurait dû être le sien dès sa naissance en temps que Shinigami est de taille moyenne et peut très bien être manipulé à une ou à deux mains avec aisance. Son manche de couleur bleue est gravé d'or. Un pendentif doré est raccroché au bas du manche.


TECHNIQUES :

♦ Techniques personnelles : Ces techniques sont soit le fruit d'une coopération avec ses zanpakutô, soit l'apprentissage unique basé sur l'élaboration de RPs validés par l'équipe administrative.

    ₪ Forme normale Storbinger (valide face à Raven) :
Nom : shin'zui no bushi 武士の心髄 (essence de samouraï)
Coût en énergie spirituelle : 10 pour l'activation et -5 pes par utilisation du uranami 浦波 (vague).
Dégâts : 15, 20% de chance d'annuler l'attaque pendant 5 tours.
Description :
Dès son activation une fine couche d'aura bleutée vient envelopper Revan. Cette couche de reaitsu est purement défensive et lui permet d'atténuer la violence des coups adverses. Mais cette technique n'a pas qu'un but purement défensif. Storbinger elle aussi s'enveloppe d'une aura bleutée et grâce à cela Revan peut envoyer une vague d'énergie sur ses adversaires. Cette "sous-technique" Revan l'a appelé uranami car la vague d'énergie qu'il libère ressemble à un rouleau s'écrasant sur les plages.

    ₪ Shikai Storbinger (valide face à Raven) :
Nom : Taniai no bourei Kunou
Coût en énergie spirituelle : 25pes
Dégâts: retire 15pes à la cible et en rend 15 à Revan
Description :
Activation du shikaï (sans la technique) : Storbinger se transforme en un zanpakutô sous cette forme, une garde noire ornée d'or, la base de la lame rouge flamme avec des rubis incrustées dessus, puis le reste de la lame rouge sang.
Revan lui deviens un shinigami totalement différent. La taille et la corpulence ne changent pas, mais les cheveux de Revan devient beaucoup plus longs. Ils sont longs, fin et noire telle du charbon. Ses yeux devient eux aussi noir, puis sa robe de shinigami change aussi, elle est désormais plus grande, elle fait penser à ... à quelqu'un dont il ne vaux mieux pas prononcer le nom (Par là il faut entendre Raven^^).
Une fois la technique activée (Taniai no bourei Kunou [Gouffre des âmes en peine]) : Storbinger se transforme en serpent. Le corps est indestructible. Ses crocs servent à aspirer l'énergie de l'adversaire et de la retransmettre à Revan.


    ₪ Bankai Storbinger (valide face à Raven) :
Nom : Rippuku 立腹
Coût en énergie spirituelle : ?
Dégâts : ?
Description :
Storbinger se matérialise et devient un gigantesque serpent face à sa sœur déjà matérialisée sous la même forme. Les deux serpents se livre un combat titanesque avec toutes les techniques de kidô disponibles.


    ₪ Héritage des Hartans :
Nom : Meian' 明暗 (clair-obscur)
Coût en énergie spirituelle : ?
Dégâts : ?
Description : Plongé dans une étrange ambiance tout devient obscure, et c'est lorsque les yeux des adversaires se sont accoutumé à l'obscurité que tout redevient lumineux à un tel point que l'ennemi est désorienté. Certains diront qu'il suffit de fermer les yeux, mais cela ne les sauvera pas. Lorsque Revan use de cette technique, ses yeux commencent par devenir bleus. Un tourbillon s'amorce alors à l'intérieur de sa pupille et c'est à cet instant que tout devient noir.



    ₪ Forme normale Mikomi :
Nom : hihyougan' 批評眼 (œil critique)
Coût en énergie spirituelle : ?
Dégâts : ?
Description :
L'œil droit de Revan change. Une étrange lueur verdâtre apparait dans sa rétine et ses coups se font soudain plus précis et plus critique. Mikomi lui confère en fait le pouvoir d'entrevoir plus rapidement une faille dans la défense de son adversaire.


    ₪ Shikai Mikomi :
Nom : shiragiku 白菊 (chrysanthème blanc)
Coût en énergie spirituelle : ?
Dégâts: ?
Description :
À l'activation de cette technique, le coup qui suit désoriente le sujet. Il lui devient alors difficile de percevoir son environnement car le blanc ressort beaucoup plus qu'à l'accoutumé jusqu'à l'éblouir.
La lame, quant à elle, peut se transformer à n'importe quel moment en une multitude de shirukens blancs qui fondent sur l'adversaire et se recomposer en une lame presque aussitôt après.


    ₪ Bankai Mikomi :
Nom : Nagareboshi no yuushi 流れ星 勇士 (Guerrier preux des étoiles)
Coût en énergie spirituelle : ?
Dégâts : ?
Description : Tiré du RP Revan.
Raizo continuait de canaliser son énergie, aidé par Storbinger, tout en la régulant avec l'aide de Mikomi. Le shinigami eu soudain un moment de faiblesse. Il faillit poser un genou à terre, mais les encouragements de Guem-Jah et le souvenirs de ses amis le rendait plus fort. L'image qui persistait dans son esprit était celle de Nérévar. Le bountô le plus solide qu'il n'ai jamais connu. Ses marionnettes lui procuraient une force physique inouïe alors que Nérévar bénéficiait de nature d'un mental d'acier. Pour son ami disparu, Raizo n'avait pas le droit à l'échec. Il fît alors appel à toute ses forces et écouta le conseil de ses zanpakutohs pour réussit ce défi.
C'est après quelques secondes de concentrations que Raizo sentît que quelque chose changeait en lui. Son esprit se dérobait à la dimension de Storbinger. Guem-Jah observa l'apprenti se changer petit à petit en viole de lumière doré. Il avait trouvé un moyen de quitter cette prison ! Guem-Jah se dit alors que c'était une victoire pour eux, mais le danger était qu'il glisse complètement hors de cette dimension et qu'il ne puisse achever son apprentissage. Heureusement, Storbinger lui énonça les choses à faire pour se rattacher à leur dimension actuelle. Raizo revînt alors parmi eux... mais complètement changé.
Il était désormais torse-nu, portant une cape au dessus d'un pantalon obscure ajusté à ses jambes. Il portait d'épaisses chaussures de cuir solides remontant jusqu'aux chevilles. Ses veines étaient caractérisées par un parcours lumineux bleuté visible jusque sur son visage. Il avait une plaque bleue luminescente qui était accroché à son ceinturon un peu flottant. Son sabre était devenu beaucoup plus imposant. Il gardait également la même particularité luminescente que le reste de ses accessoires. On avait donc l'impression d'avoir à faire à un sabre fait d'un composite inconnu. Derrière son dos planait une sorte de carapace rouge ensanglantée. Celle-ci ne semblait guère le gêner de par son indépendance totale. Celle-ci semblait néanmoins suivre les mouvements du shinigami. Mais le plus impressionnant étaient ces petites créatures faites de lumières qui virevoltaient autour de lui. Elles ressemblaient à des fées et Raizo, tout comme Guem-Jah, s'émerveillaient devance ce spectacle insolite. Les petites créatures semblaient de nature joyeuses. Elles jouaient entre elles et chatouillaient parfois leur maitre qui se prêtait volontiers au jeu avec elles.
Benkei analysa alors cette transformation. Raizo gardait sa taille ordinaire, ce qui lui donnait un avantage face aux imposants ennemis. Il bénéficiait également d'une protection pour ses arrières grâce à cette carapace qui flottait d'elle même et suivait les mouvements du shinigami. Si ce bouclier était résistant il sortirait Raizo de bon nombre de situations épineuses. Cet excès de lumière pouvait être avantageux comme l'inverse. Mais cela pouvait être corrigé au fil du temps et avec un peu d'intelligence. Il y avait ensuite ce sabre qui ne ressemblait à rien de connu. Des pics recourbés au niveau de la garde semblait être un défaut immense car ils étaient orientés vers le poignet de Raizo. Il pouvait facilement se blesser avec cela. Et enfin, il y avait ces fées. À quoi pouvaient-elles bien servir ? Guem-Jah préféra patienter avec de lancer la moindre spéculation car désormais il était temps de passer à la démonstration.
Mikomi apparu de nouveau et posa sa main sur l'avant bras droit de Raizo qui tenait fermement le sabre. Elle chuchota quelque chose à Raizo qui acquiesça puis se tourna dans une direction opposée à celle de Guem-Jah. Ce dernier fut dans un premier temps surpris de voir le pics s'enfoncer dans la chair de Raizo sans le causer la moindre douleur ; puis il fût époustouflée lorsqu'il vît le faisceau d'énergie s'échapper du sabre pointé à l'horizontale et enfin offusqué quand il assista aux dégâts que cette attaque provoqua. Le flanc de la montagne à quelques kilomètres fut largement entamé.

« OHHhh... ça, ç'a peut faire mal !
_ Ce n'est pas tout, interrompit Mikomi. Frappez sur la carapace de toute vos forces. »

Guem-Jah ne se fit pas prier deux fois. Il dégaina son sabre puis se mit en position. Raizo commençait à redouter la suite des évènements. L'imposant shinigami, bien que vieux, possédait une force inouïe et lui, n'avait aucune idée du niveau de résistance de ce bouclier. Toutefois, il fît confiance à Mikomi et se mit en place. Guem-Jah arma son bras et canalisa son énergie dans son bras. Les membres du vieil homme doublèrent de volume tandis qu'il poussait un grognement menaçant. Son reaitsu se matérialisa même autour de son bras droit. Raizo commença alors à évaluer l'ampleur du niveau d'énergie que Guem-Jah pouvait dégager. Mais le jeune shinigami tînt en place et se prépara à l'impacte. Guem-Jah prit ses appuis puis fonça sur Raizo en hurlant sa hargne. La carapace tourna et se plaça devant Raizo, s'opposant au coup de Guem-Jah. L'impacte fût terrible. Le souffle de l'explosion projeta Raizo en arrière. Il se releva et constata que la carapace avait changé de sens et s'était replacé derrière lui, agissant comme un cousin pour sa chute. Guem-Jah se précipita alors et examina le bouclier... il n'y avait aucun fissure.

« Eurêka ! Elle n'a rien ! C'est incroyable ! »

Raizo soupira en plaçant sa main sur le front. Le vieux se comportait comme un gosse et Raizo était son jouet. Mais le vieux retrouva très vite son sérieux. Il se tourna vers Mikomi avec un regard sombre. Celle-ci gardait une expression impassible, mais on pouvait sentir qu'elle connaissait déjà la question de Guem-Jah.

« C'est déjà pas mal tout cela. Mais à quoi servent ces fées ?
_ Ce ne sont pas des fées, observa Mikomi. Elles existent pour protéger leur maître. Elles se nourrissent de l'excédant de reaitsu des autres. Autrement dit, elle limite les effets des attaques de nos ennemis.
_ Voilà pourquoi il n'a pas été réduit en poussière lorsque je l'ai frappé. C'est toute une combinaison de défense... et ceci avec une attaque aussi dévastatrice... nous avons là un bon bankai. Il présente quelques failles mais pour un début ce n'est pas si mal. »


Dernière édition par Revan le Dim 25 Juil - 18:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Revan
Humain
avatar

Nombre de messages : 24
Age : 28
Division : 6eme division
Date d'inscription : 27/03/2010

MessageSujet: Re: Revan   Ven 23 Juil - 16:35

HISTOIRE :

Partie I

Tout commença un matin de printemps. Ceci aurait put être une très belle journée, mais qui aurait pu prévoir la perte d'êtres chers ? Fumie avait pactisé avec une organisation peu scrupuleuse et elle se retrouvait éprise dans un étau qui se refermait petit à petit sur elle. D'un côté l'organisation obscure la poussait à achever ses recherches et de l'autre son ami d'enfance, soutenue par son clan, lui ordonnait de cesser toute activité. Néanmoins, pour Fumie, l'enjeu était tout autre. L'organisation lui servait de socle financier et dans cette affaire, la perte de son ami lui importait peu. Il fallait qu'elle revoit Raven, même si cela ne se limitait qu'à une pâle copie. Elle s'était donc recluse dans les montagnes du Chili avec pour seuls compagnons ses collègues chercheurs. L'organisation avait financé le centre de recherche qui l'avait installé dans un col qu'elle avait acheté à l'état Chilien en y interdisant tout accès. L'endroit était réputé très protégé et si l'organisation laissait une relative autonomie à l'équipe de recherche, elle n'en assurait pas moins la protection de la zone. Les armées Chilienne, après plusieurs tentative d'incursion, ont classées cette zone dangereuse et impénétrable. C'est donc pourquoi d'un côté les forces Chilienne veillait à ce qu'aucun citoyen ne pénètre dans l'enceinte de la zone close tout en s'assurant que la milice de l'autre côté du grillage ne tente rien sur le territoire Chilien. La situation resta ainsi des années enlisée en statue-co. Les autorités Chiliennes acceptaient l'existence de cette zone tant que cela n'avait aucune influence sur leur territoire.

Des années plus tard, Fumie tombait enceinte. Elle comptait enfanter la copie de Raven le plus naturellement possible. L'équipe de recherche se félicitait des résultats de l'expérience et avait espoir de voir reparaitre Raven à quelques détails près : Sa personnalité serait différente et de ce fait, il n'irait pas se liguer contre les mondes spirituelles. Afin de souligner cette nuance, Fumie eut l'idée de nommer cet enfant Revan. Fumie poursuivit donc sa grossesse à l'intérieur du complexe alors que l'organisation demandait de plus en plus de compte. L'équipe de chercheurs commençait à redouter que l'organisation ne veuille s'emparer de l'enfant. Ils voulurent alors organiser l'évasion de Fumie, mais celle-ci ne put faire un pas de plus dès lors que l'idée de s'évader lui vînt en tête. Elle était réduite à néant, paralysée complètement alors que ses extrémités bougeaient encore. Un spécialiste shinigami expliqua, sans trop comprendre pourquoi, que l'enfant y était pour quelque chose. Visiblement il ne voulait en aucun cas quitter le complexe. Quelques mois plus tard Fumie accouchait de l'enfant qu'il mirent immédiatement en état de stase dans une éprouvette. Il n'était qu'humain, mais déjà il dénotait des facultés déconcertante tant en télékinésie qu'en manipulation des éléments. La décision de le mettre en stase fût prise lorsqu'un dégénérescence cellulaire fût amorcée. Le spécialiste shinigami prévoyait la mort de l'enfant à l'âge adulte, mais l'équipe de chercheurs ne voulait abandonner le spécimen. Un humain doué de tels pouvoirs devait être parfait. Ils cherchèrent donc le moyen de stopper cette dégénérescence en le plongeant en stase afin de leur laisser un délais supplémentaire.

Quelques mois plus tard, c'est Silkar qui appris infamie. Installé en bout de table lors d'une réunion du sommet de son clan il tapa du poing sur la table et se jura d'arrêter cette folie. Un homme vêtu de noir et au visage voilé s'inclinait sans arrêt. Il était celui qui était parvenu à entrer dans le complexe et à en ressortir sans être remarqué. Il faisait parti du clan Redoran et il fît son rapport une fois de retour au Japon. Pour Silkar, cette situation ne pouvait durer. L'homme était réputé pour sa sagesse et sa patience, mais aussi pour sa brutalité au combat et sa férocité envers ses ennemis. Il était assez petit de taille mais était large d'épaules. Ses cheveux gris étaient redressés sur sa tête et ses yeux perçant étaient surmontés de sourcils constamment froncés. Le chef du clan Redoran était impressionnant et ses hommes le respectaient. Toutefois, une femme lui avait désobéi. Il fallait qu'elle paye, aussi amie puisse-t-elle être. Les seconds du clan se concertèrent et approuvèrent la décision du chef. Le clan partait en guerre contre l'organisation et son équipe de chercheurs qui menaient de telles expériences.

Il ne fallut que quelques semaines au clan pour se regrouper discrètement sur le sol Chilien. Jamais autant de Japonais n'avaient été rassemblés dans ce pays. Les autorités Chiliennes chargèrent un homme de confiance de mener l'enquête, lui aussi Japonais, il s'agissait d'Hijito Hulalhu. L'homme en question était évidemment un agent double pour son propre compte, mais cette affaire l'intéressa de très près lorsque les autorités Chiliennes lui montrèrent une photo très intéressante, celle de Silkar Redoran entouré de quelque uns de ses seconds. C'était la veille du matin où tout bascula.

En effet, le lendemain matin, les Redoran étaient en place. Certains s'étaient infiltrés et d'autres attendaient le signal pour se débarrasser des hommes de l'organisation situés en périphérie du complexe. Tout se passa très vite et la milice ne comprit rien. Ils se firent tous massacrer sans pouvoir empêcher Silkar et quelques hommes à lui de pénétrer dans le laboratoire. Ils trouvèrent l'équipe de chercheurs et Fumie. La rage intense provoqué par la vue du nourrisson dans l'éprouvette mena ses hommes à exterminer tout le monde malgré ses ordres. Personne ne voulait d'un second Rave, Silkar encore moins, mais il ne voulait pas perdre Fumie pour autant. Toutefois, celle-ci fût massacrée sous ses yeux sans ne rien pouvoir y faire. C'est ainsi que Silkar prit sous son aile l'enfant à partir de ce moment. Jamais les autorités Chiliennes n'apprendront ce qu'il s'est passé ce matin là dans la zone close.


Revan grandit dès lors dans un village reclus du japon. Ici l'éducation était rude et les enfants étaient élevés de sorte à ce qu'ils deviennent des chasseurs à leur tour. Dès son plus jeune âge Revan fût craint par les villageois. Peu de personnes lui adressait la parole, mais chacun savait que s'il était éduqué convenablement il aiderait leur cause et pourrait protéger leur village comme personne. Imaginer Raven agissant pour le bien revenait à faire de cet enfant quelqu'un de bien. Mais bien que l'espoir était présent le petit garçon inspirait la peur car déjà il ressemblait trop à son original. Toutefois, malgré tout cela, Silkar avait décidé de faire de Revan son élève. Dès qu'il fût en âge de comprendre il lui inculqua les valeurs de son clan, puis dès qu'il fût en âge de suivre un entrainement Silkar l'initia aux arts de la guerre. Le jeune garçon, alors qu'il n'avait pas six ans, apprit à tuer. Il était d'ailleurs tellement doué dans ce domaine que les autres enfants ne jouaient pas avec lui, de peur, qu'accidentellement, il n'en tue un.
Revan grandit ainsi, seul avec pour seul compagnie l'esprit des ancêtres du clan. Il avait apprit à se lever tôt, bien avant le lever du soleil à tel point qu'à ce moment là, il prenait sa pause quotidienne avant de poursuivre son entrainement. C'est ainsi qu'il apprit à aimer le spectacle qui s'offrait à lui chaque jour. Revan était donc un enfant distant et très peu bavard. Le seul moyen qu'avait le maitre de savoir si son élève allait bien était de le provoquer en combat. Lors du combat, ils se disaient tout, par les mouvements et les expressions.

À l'âge de sept ans, Revan reçut sa première mission. Elle consistait à défendre un village reculé d'humain face aux attaques bountôs. Dans ce village, personne ne parlait avec sincérités des disparitions aux autorités. Les villageois avaient peur d'être pris pour des fous. C'est un vieil ermite qui vivait en bordure du village qui conta un soir l'histoire de chasseurs de bountôs. Aussitôt, le chef du village âgé d'une soixantaine d'année partit en voyage afin de rencontrer le chef de ce clan qui soit disant, vivait dans les montagnes Hakkoda. Le voyage fût long, et le vieil homme erra longtemps dans les forêts en bordure du village, sans jamais trouvé trace de celui-ci. Silkar observait cet homme, tentant de comprendre ce qu'il l'amenait. Depuis les remparts de bois du village, Silkar hésita longuement avant de se rendre lui même dans les forêts pour rencontrer l'homme. Vêtu de peaux de bête et étant robuste par nature, le vieil homme eut peur de Silkar dans un premier temps. Il ne cessait de s'incliner, mais le chef du clan Redoran l'invita chez lui. L'homme put alors lui raconter son histoire pour que Silkar décide d'y envoyer un contingent.

Revan faisait parti du groupe qui voyagea à travers le japon pour rejoindre le village victime des attaque. Ce groupe était composé de Silkar lui même et de quelque uns de ses meilleurs hommes. Sans trop savoir pourquoi, le maitre redoutait quelqu'un dans ses attaques. Apparemment les descriptions apportées par le vieil homme avait permit au maitre d'identifier l'agresseur. Revan resta silencieux durant tout le voyage. Il servait de sentinelle et était en avant du groupe. Le trajet se passa sans encombre et dura neuf jours. Silkar insistait pour rester éloigné des routes malgré les plaintes du vieil homme qui aurait préféré prendre le train. Et il eut raison car plus ils approchaient du village, plus Revan ressentait les bountôs alentours. Revan avait une prédisposition à flairer les menaces, Silkar expliquait que cela était du aux gênes de Raven et les guerriers du villages apprirent très vite à faire confiance au flaire du gamin. Ils arrivèrent de nuit au village où ils furent installés dans une pièce unique de la brasserie à la demande de Silkar.
Les membres du clan Redoran passèrent des jours et des nuits à veiller afin de ne pas se faire surprendre par les bountôs. C'est Silkar, qui un soir, demanda à tous ses hommes de faire sans blanc de dormir. Seul Revan avait le droit de rester éveiller sur le toit comme à l'accoutumé. Le petit resta ainsi durant une bonne parti de la nuit, santant les prédateurs approcher. Ils étaient nombreux, plus que dans la forêt qu'ils traversèrent avant d'arriver au village. Il savait que son maitre sentait aussi les bountôs approcher, il se leva alors, laissant son flair agir afin de déterminer la puissance du plus fort. Et c'est très vite après cela que l'assaut débuta. Le feu envahit très vite les rues et les villageois, apeurés, sortirent de chez eux malgré les recommandations de Silkar. De toute façon, les bountôs agissaient pour faire sortir leurs proies. Les guerriers du clan surgirent alors dans la fournaise pour combattre les bountôs tandis que Revan était préoccupé par autre chose. Le plus puissant était resté à l'écart et n'en voulait qu'à une famille qui vivait en périphérie du village. Le petit garçon sauta alors de toit en toit jusqu'à parvenir dans la petite cour de la maisonnette où il vît un bountô menacer les parents d'une fillette en pleure. Revan intervînt donc et engagea le combat, cependant il fût très vite maitrisé et c'est alors que le bountô lui demanda un choix crucial, choix qui fera que les deux hommes resteront ennemis toute leur vie.

« Tu as le choix petit : tues les parents, je me nourrie de leur âme et la petite est sauve. Ou alors sauve deux âmes et laisse moi la petite vivante. »

Le choix était donné d'avance. La petite n'avait presque pas vécus et les parents de la gamine suppliaient du regard Revan de laisser leur enfant en vie. De plus les préceptes que lui avait inculqué Silkar lui interdisait de laisser un humain encore en vie aux mains d'un bountô. Toutefois tuer de sang froid deux humains était trop demandé. Bien qu'il ait suivit un entrainement il n'avait jamais encore tué. Il resta alors un instant, hésitant, fixant l'homme abjecte qui lui proposait ce marché. Il était de grande taille et avait les cheveux blancs. Il était vêtu élégamment et gardait sur les autres un air hautain. Revan avait peur de lui, mais la colère était néanmoins encore présente. L'homme s'approcha de Revan sans qu'il ne puisse faire quoique ce soit. Paralysé par la peur, il laissa le bountô le saisir par la gorge et le soulever su sol.

« Tues-les ! Ha Ha Ha ! Tues-les ou tu mourras aussi !! »

Le bountô prenait un air dément en disant cela, Revan en était réduit à néant. Toutefois, lorsque la menace de mort plana sur lui une cassure se produisit au fond de son être. Le bountô le ressentit et le relâcha un instant, pétrifié à son tour. Il recula d'un pas tout en répétant que cela était impossible. Le petit garçon avait été tellement terrorisé que la haine au fond de lui avait fini par ressortir. Et cette haine ne surgissait pas seule, avec elle un reaitsu bien familier. Ce n'était certes qu'un infime résidu mais il était là. Le bountô reconnaissait le reaitsu de Raven en Revan. Il se mit alors à maudire Silkar.

« Comment as-tu pu laisser une telle aberration se produire ! Silkar ! Je te tuerai ! Mais avant... ce gamin va y passer... non... il n'y aura pas de deuxième Raven ! Le monde n'a pas besoin d'un tel fléau ! »

Mais il était trop tard, une boule d'énergie se formait dans la main de Revan qui l'envoya en direction du bountô. Le souffle de l'explosion désintégra les parents qui se tenaient dans les bras de l'autre. Revan avait rejoint la jeune fille en la saisissant dans ses bras. Lorsque tout redevînt calme dans le secteur, Revan était redevenu lui même. Il savait ce qui venait de se produire, mais au moins le bountô avait fuit. Il relâcha la jeune fille afin de la laisser revenir à elle, puis elle sécha ses larmes.

« Est-ce que ça va ? »

La petite fille se mit à regarder tout autour d'elle après s'être relevé. Revan regarda dans la même direction quand la gamine resta bloqué sur la scène morbide. Le corps de ses parents avait été calcinés par sa faute. La petite fille ne semblait pas le savoir car elle se jeta contre lui pour pleurer à nouveau. C'était la première fois que Revan ressentait un autre corps contre lui de cette manière. Il ne connaissait que les coups en contact humain, mais cette petite fille lui apportait autre chose. Il la laissa donc faire, ne sachant que dire ni quoi faire. Lentement, il posa une main derrière le dos de la fille et l'autre contre l'arrière de son crâne. Ils restèrent ainsi un bon moment durant lequel la petite fille pleurait bruyamment tandis que lui avait les larmes qui coulait et qu'il se jurait de ne plus la faire souffrir. Mais soudain une voix familière le tira de sa torpeur. Son maitre lui demandait ce qui s'était passé. Il s'approcha et vit les deux corps calciné au sol et la petite fille pleurer qui s'éloigna. Après cela, Revan eut très peu de souvenir. Il se réveilla avec les idées claires dans son village où pour une fois son maitre ne l'avait pas réveillé avant le lever du soleil.

Des années passèrent durant lesquelles, Matsi et Revan, suivirent les enseignements de Silkar. Matsi suivait un entrainement un peu moins rude que celui de Revan, mais ils se complaisaient à effectuer quelques mêmes activités durant lesquelles ils étaient en totale coopération face à leur maitre. Très vite Revan montra de nouvelles aptitudes aux combat. Le fait de prendre du plaisir à l'entrainement par des jeux décuplait ses capacités d'apprentissage. Il devînt très vite spécialiste au lancé de shirukens, de kunais et au maniement du sabre. Silkar y voyait là opérer les gènes de Raven. Sans trop comprendre pourquoi, les passes les plus simples employées par Raven par le passé se retrouvait dans le jeu de Revan. C'est à partir de ce moment que les villageois commencèrent à vouer une haine envers Revan. Le petit garçon ne comprenait guère pourquoi on le traitait de la sorte. L'histoire de Raven ne lui avait jamais été révélée. Pour lui, les bountôs renégats et les chasseurs humains avaient toujours été en guerre.
Des années passèrent ainsi ou Revan le paria devînt capable de mener sa propre unité. Mais cela n'arriva jamais car aucun guerrier ne souhaitait travailler avec l'enfant démon. Ils redoutaient, qu'à n'importe quel moment le gamin ne devienne fou et ne se retourne contre eux. Les multiples instabilités de l'enfant avait été soulignée, mais Silkar le protégeait et personne n'osait s'opposer au chef du clan. Certains avait bien en tête d'éliminer l'enfant mais il redoutait trop le courroux de leur maitre s'il venait a être pris d'une énorme tristesse. Revan restait ainsi seul, tandis que d'autres jeunes gens commençait à prendre de plus en plus de responsabilité. Toutefois, ceci n'était pas une mauvaise chose pour Revan car il n'avait pas l'esprit de leader. Jamais il ne voulait ordonner aux siens d'exécuter ses ordres. Silkar commençait à se demander s'il pourrait un jour devenir comme son originel car de ce point de vue il était si différent.

C'est à l'âge de 12 ans que survînt le second tournant de son existence, et encore une fois, Hijito trempait dans cette affaire. Le bountô renégat eut l'intelligence de se faire passer pour un bountô traditionaliste et de se faire inviter par Silkar afin de parler d'un autre clan rival qu'il prétendait hérétique. Hijito tourna de façon très habile son histoire afin d'accuser le clan Gil'Sayan du meurtre de quelque centaine d'innocent humain. Afin de jouer pleinement sa couverture, Hijito se fît passer pour le chef d'une petite famille bountô tout aussi ancienne que les Gil'Sayan. Ainsi les deux clans étaient en guerre depuis très longtemps, et aujourd'hui, Hijito demandait l'aide de Silkar et de Redoran afin de mettre un terme aux horreurs des Gil'Sayan. Revan, de son côté, n'avait aucun souvenir de l'homme qui lui avait fait tué les deux parents. Bien que méfiant vis-à-vis du bountô, Revan n'arrivait pas à cerner ce personnage aux apparences élégantes.
Ainsi les Redoran et la famille d'Hijito se lancèrent à l'assaut du manoir Gil'Sayan. Les enfants du villages, eux, devaient rester au village et attendre que les guerriers reviennent victorieux de la bataille. Pour les Redoran, la victoire leur appartenaient d'avance. Toutefois, il n'avait pas prévu la trahison qui les anéantirait.
De leur côté, Revan et Matsi ne voulurent pas rester hors de ce conflit. De plus Revan soupçonnait de plus en plus le bountô qui s'était allié avec son maitre. Les deux jeunes enfants suivirent alors les leurs à distance. Et lorsqu'ils arrivèrent sur le lieu de la bataille ils virent avec horreur les Gil'Sayan se faire massacrer par les hommes de leur clan, toutefois, aucun trace des hommes d'Hijito. Lorsque les Gil'Sayan furent vaincus et que les Redoran débutaient tout juste leur rassemblement, les hommes d'Hijito surgirent des sous bois et attaquèrent les Redoran. Revan chercha alors du regard son maitre. Il le vit dans le manoir au premier étage par une baie vitrée. Son maitre était aux prises avec un homme imposant. Les deux hommes lancèrent leur attaque simultanément et se jetèrent l'un sur l'autre puis traversèrent le ver. Ils chutèrent du manoir en feu pour s'écraser au sol, épuisés. Revan ordonna alors à Matsi de rester à sa place pour se jeter vers son maitre, mais alors qu'il quittait le chariot où ils étaient dissimulés et qu'il passait à côté d'une motte de foin, un jeune garçon le fît trébucher. Le gosse inconnu posa son index sur ses lèvres et pointa du doigt un homme. Il s'agissait d'Hijito qui s'avançait vers les deux hommes à terre, arme à la main et entouré de trois de ses hommes. Revan jeta alors un regard alentour paniqué. Il cherchait un des siens qui pourrait porter secours à leur chef, mais tous ou presque était morts. Les derniers survivants se faisaient exécuter sommairement par les traites. Revan revînt alors à son maître et vît la lame du bountô lui perforer l'échine. Le second fût exécuté par les hommes du traite. Revan aurait voulu se jeter sur eux mais le petit garçon le retînt, les larmes aux yeux. Revan s'attarda alors un instant sur lui et compris qu'il s'agissait sûrement de l'enfant du chef des Gil'Sayan. Les trois enfants se réunirent et se dissimulèrent dans la forêt. Ils attendirent que les hommes d'Hijito s'éloignent afin de sombrer.
Au lendemain matin, un homme réveilla Revan en sursaut. Il s'agissait d'Akeno, un vieil homme du village. Revan se calma ensuite alors que le vieil homme le relâchait pour réveiller Matsi et l'autre gamin. Revan observa l'homme effacer les traces laissées par leur nuit de sommeil. Il attela alors les chevaux qu'il avait emmené. Revan se fît alors la remarque de n'avoir pas entendu l'homme approcher. Son sommeil avait été certes agité, mais cela n'expliquait en rien ce phénomène.

« Nous devons nous mettre en route, s'exclama le vieil homme en chuchotant.
_ Pourquoi ? Nous n'avons plus de clan. Tout le monde est mort.
_ Non Revan, tant que nous sommes encore vivant les Redorans existent encore. C'est pareille pour toi Nérévar. Tant que tu vis, il y aura des Gil'Sayan. »

Revan comprit alors l'entrain du vieil homme. Il l'aida a celer les chevaux et à faire monter Matsi sur le sien. Pour quatre hommes il n'y avait que trois chevaux. La survie du petit Gil'Sayan n'avait pas été prévu par Akeno. Toutefois le vieil homme donna une monture au garçon et lui permit de suivre sa propre route suivant sa volonté. Ainsi se séparèrent les trois enfants. Matsi et Revan suivirent sur les petits sentier Akeno, tandis que Nérévar partait en direction des villes.


Akeno avait une maison au milieu de rizières et y convia Matsi et Revan. Les deux jeunes enfants eurent bien du mal à oublier le massacre chez les Gil'Sayan. Revan, comme à son habitude, restait silencieux. Il se levait toujours aussi tôt afin d'observer le lever du soleil, mais durant des semaines il ne pratiqua aucun entrainement. Akeno n'était pas du genre à vouloir perpétuer la tradition. Il ne souhaitait que finir sa vie en paix, laissant les deux enfants grandir afin qu'ils puissent prendre eux même leurs décisions. Toutefois, plus les mois filaient, plus la haine en Revan noircissait. Un matin, il se leva plus tôt encore et reprit l'entrainement. Matsi fût surprise de le voir levé ainsi, et c'est à ce moment qu'ils se concertèrent. Revan et elle s'entrainerait jusqu'à ce qu'ils puisse venger leur clan.
Revan poursuivait son entrainement habituel mais poussait Matsi à se rapprocher du sien. Bien qu'elle ne parvenait pas à le suivre, du fait qu'elle était une fille et que Revan possédait des prédispositions, elle n'abandonnait pas.

Quatre ans plus tard, ils furent prêt. Revan avait dix-sept ans et Matsi presque quinze. Les deux jeunes gens n'avaient plus qu'en tête leur vengeance. Ils attendirent qu'Akeno rende son dernier souffle pour se rendre dans le repère d'Hijito. Là ils se firent passer pour des voyageurs. Cela faisait bien longtemps et les deux jeunes gens avaient bien changés depuis leur cinq et sept ans respectifs. Personne ne pouvait les reconnaître. Matsi se chargea de la reconnaissance. Elle parvînt à pénétrer dans l'enceinte du village jusqu'aux portes de la demeure du chef, Hijito. L'homme avait gagné en influence depuis ces dix dernières années. Il possédait son propre empire sous-jacent et possédait des richesses insoupçonnée. Pour le jour de sa vengeance, Revan voulait user de Storbinger, le sabre que lui avait son maître peu avant de partir pour le manoir des Gil'Sayan. Toutefois, Silkar fût surprit de constater que Matsi elle aussi pouvait voir ce sabre. Pour Revan, cela n'était pas vraiment une surprise, les gènes de Raven devaient certainement agir en ce sens. Mais pour Matsi ? Qu'est-ce qui lui permettait de voir ce zanpakutô ? C'est ainsi qu'il sût qu'elle pourrait un jour se battre à leur côté contre les bountôs.

Le village était en fait une petite ville à rempart perdue dans les forêts du nord. Ici des centaines du bountôs vivaient et travaillaient, mais ce qui impressionnèrent les deux adolescents fût le marché. Les gens marchandaient bruyamment. Il y avait des bêtes, toute sorte de denrées et de jeux. Mais cela n'était rien comparé au petit colisée. Comment une ville pouvait-elle passer inaperçue aux yeux du monde. Pour Revan cela était impossible. Il devait donc y avoir quelque chose. Hijito devait également tremper dans les affaires de l'État.
C'est ainsi qu'ils purent s'infiltrer aussi aisément en ville. Revan trouva ensuite le moyen de s'infiltrer dans la demeure de la cible. Il voulait passer par le côté de la demeure qui était presque délaissée de la garde à certaines heures. Il remarqua que dès l'heure des repas, les gardes en charge de ce secteur s'absentaient afin de se faire un petit sandwich. Il avait donc à ce moment près de vingt minutes afin d'entrer dans le système de ventilation.
Les deux assassins firent alors comme prévu. Ils évoluèrent dans les conduis de ventilation jusqu'à la salle à manger. Là ils se tirent prêt et firent céder la structure afin de surprendre leur cible. Revan et Matsi lâchèrent leur kunais qui éliminèrent cinq des cibles, mais Hijito était encore en vie.

« Qu'est-ce qu'il vous prend ? Vous pensiez pouvoir me tuer ainsi ? Qui êtes-vous? »

Revan ne répondit pas, il restait interdit. Les deux jeunes gens retirent leurs capuches afin de laisser apparaitre leurs traits. Revan fût immédiatement reconnu et le rictus d'Hijito en était la preuve. Puis Matsi fût également reconnue lorsque Hijito posa un regard amusé sur elle. Un combat s'engagea. Revan était aux prises avec Hijito qui le tenait en respect avec son épée tueuse de bountôs tandis que Matsi affrontait la marionnette. Le combat était inégale. Hijito s'amusait avec Revan tandis que Matsi passait un sale quart d'heure aux mains de la marionnette. Il fallut peu de temps pour que Matsi se fasse pourfendre et qu'elle ne tombe au sol sans vie. Hijito repoussa alors Revan en le faisant choir en arrière. Le jeune homme entra dans une terreur telle qu'il ne bougea plus d'un cil lorsqu'il vit le corps de Matsi à terre. Il venait de la perdre, il le savait et il n'y pouvait rien. Incapable de se relever, Hijito avançait inexorablement avec un sourire de vainqueur. Si un homme n'était pas intervenu en lançant de nouveau un kunai et en saisissant à son tour Revan pour lui faire quitter l'enceinte il serait sans doute mort. Le sabre sur le dos, Revan se reposa dans un cabane de tôle tandis que l'homme mystérieux observait alentours. Il se tourna alors vers le jeune homme en faisant les cent pas tant la rage le prenait.

« Quelle mouche vous a piquée ?!! Vous êtes inconscient ?! Maintenant Matsi est morte ! A quoi cela a-il servit? »

Revan resta silencieux. Il avait bien du mal à avaler la mort de Matsi. Cela était impossible, cet Hijito allait payer. Trois nuits plus tard Revan quittait le village avec l'aide de l'homme nommé Danno. Les deux hommes prirent les routes et s'installèrent dans la rizière d'Akeno. Durant tout ce temps, Revan fût instruit par Danno jusqu'à ce qu'il soit en mesure d'affronter Hijito.

A leur arrivé dans la demeure du défunt Akeno, les deux compagnons firent une halte sur le pas de la porte. Danno avait beaucoup de souvenirs en commun avec Akeno. Ils avaient tous les deux étudiés à la même époque que Silkar. Ce fût l'âge d'or du clan. Danno se dit alors que tout avait une fin, que chaque empire tombait un jour ou l'autre, mais cette fois, la chute avait été plus rapide que personne ne l'aurait jamais pensé. Le clan Redoran avait été annihilé de par son arrogance et sa trop grande confiance en ses guerriers. Il fallut une bataille pour que le clan Redoran ne soit plus limité qu'à deux membres en exils loin des villes. Lorsque le vieil homme balaya ses noires idées de son esprits, Revan emboitait le pas à son ainé en entrant dans la vieille bâtisse. Danno scruta la pièce en y faisant le tour et en y inspectant chaque babiole comme s'il avait déjà vécu ici autre fois. Revan observa son compagnon de fortune alors qu'il empoignait une gourmette d'argent. L'attente fût si longue et pensante que le jeune homme osa une quinte afin de rappeler le vieil homme au monde des vivants. Ce dernier reparut dans un sursaut bref. Il se tourna vers le jeune garçon et lui fît un clin d'œil.

« J'ai du travail pour toi, suis moi. »

Les deux compagnons sortirent et firent face à la chaleur écrasante de l'été. En fouillant dans un amas d'outils stocké sur le côté d'une vieille cabane, Danno y trouva une machette usée avec laquelle il entailla un tronc d'arbre gisant au sol. La lame semblait encore bonne. Il la tendit alors en montrant un fourré qui longeait les bâtisses de la propriété et qui obstruait le chemin menant au puits. Revan se demandait bien ce qu'il devait faire jusqu'à ce que le vieil homme commence à donner des coups de machette dans les broussailles. Il entama un large chemin vers le puits, puis, se tournant vers Revan, lui donna la machette.

« Débarrasse moi de ça. Fait attention au orties, au serpents et aux araignées qui peuvent être dangereux. »

Encore sous le choc de la perte de sa meilleur ami... sa sœur, Revan se saisit de la machette et débuta son dur labeur tandis que Danno s'éloignait. Au fil des minutes, Revan sentait les piques et les éraflures des broussailles r le ravager. Puis, après bien des coups donnés, Revan commençait à avoir mal au bras. Il transpirait abondamment sous la chaleur écrasante de midi. Il comprit alors que ce travail était aussi un exercice visant à augmenter la puissance de son bras et son niveau de maniement au sabre. Puis, quelques minutes plus tard, lorsque la douleur commençait à devenir insupportable, le visage de Matsi vînt se placarder au premier plan dans l'esprit de Revan. Il ressentit alors une tristesse immense qui se transforma en haine lorsqu'il vît Hijito assassiner sa sœur. Il redoubla alors d'effort. Il commença par éliminer toute broussailles aux alentours du puits, puis il s'attaqua aux mauvaises herbes qui grimpaient contre les murs des baraques de la propriété. Revan et Matsi avait vécus quelques années ici sans faire attention aux biens hérités d'Akeno. Revan se sentit alors riche d'une terre et il commença à l'aimer. Lorsque le soleil se couchait, il finissait sa tâche en ressentant un apaisement de son esprit. Ses bras étaient rouges et enflés tandis que ses muscles le brûlaient comme jamais. Mais la douleur n'était rien face à la satisfaction du travail bien achevé. S'essuyant la sueur du front, Revan observa un instant le coucher du soleil puis il sentit une délicieuse odeur d'un plat qu'il connaissait très bien : des ramens. Cela faisait bien des années qu'il n'en avait pas mangé, et il commençait à espérer que Danno soit un cordon bleu. Il se précipita jusque dans la cour afin de pénétrer dans la demeure de bois où son compagnon l'attendait.

« Vas te laver avant de manger ! Lui ordonna Danno »

Revan ne perdit pas un instant et se précipita dans la salle d'eau où il remarqua que l'eau chaude n'avait pas été préparée. Il soupira tout en se disant que cela aurait été trop demandé à son ami de préparer le bain. Il se déshabilla alors et plongea dans une eau froide mais propre. Il trouva une savonnette sur le bord du bac avec laquelle il entama sa toilette. Il frotta longuement avant de se sentir de nouveau propre, et quand ce fût terminé, Danno le réprimanda pour qu'il se presse. Revan sauta alors hors du bac et se pressa pour enfiler un kimono propre. Il se précipita ensuite dans la pièce de vie où il trouva son bol de ramen froid. Il jeta alors un regard déconfis sur Danno qui haussa les épaules.

« La prochaine fois tu seras à l'heure. Mange et vas te coucher, demain il y a encore du travail. »

Le lendemain matin, Danno réveilla Revan aux aurores. Il tenait un pelle dans une main, et un seau dans l'autre. Il lui demanda de le rejoindre sitôt habillé dehors, près du puits. Revan s'exécuta. Il lui fallut peu de temps pour se préparer et rejoindre son compagnon qui semblait devenir contre-maitre au fil du temps. Sur place il y avait un moteur, des tuyaux partant de puits, une échelle et la fameuse pelle avec son seau. Revan fût encore interrogé quant à ce qui allait l'attendre. Danno démarra alors le moteur en tirant sur la corde. Les tuyaux se gonflèrent alors afin de laisser l'eau s'échapper l'eau quelques mètres plus loin dans la forêt.

« La pompe vas vider le puits. Quand ce sera fait tu descendra dans le puits pour le nettoyer. Tu videras ce que tu ramasseras dans la ben là-bas.
_ Depuis quand... ?
_ C'est fou ce qu'Akeno entreposait, répondit Danno. À présent, au travail. Il faut que ce soit terminé à midi. Cette après-midi il faudra que tu vernisses les murs de la propriété. »

Danno s'éloigna sous les yeux ébahit de Revan qui planta sa pelle dans la terre par colère. Il s'imaginait difficilement continuer de vivre ainsi. C'était un soldat et non un paysan. Mais il devait sa vie à Danno et c'est pourquoi il se mit au travail dès lors que le puits fût asséché. Lors de ses temps libre, Revan pensait beaucoup à Matsi. Il se demandait si elle avait rejoins les shinigamis et si elle vivait heureuse dans son nouveau monde. Pendant ce temps, Revan était coincé ici, dans ce coin de paradis qui se transformait peu à peu en enfer car Danno en était le régent. Mais Revan s'exécutait à toute les tâche et des mois passèrent jusqu'à ce que la propriété agricole, qu'elle était autrefois, ressemble plus à une retraite paisible dans laquelle Danno aspirait à terminé son existence. Revan, quant à lui, avait achevé ses mille travaux. Il lui restait ses corvées quotidienne, comme couper le bois, aller chercher l'eau au puits, se rendre en ville pour y faire des courses ; mais Revan commençait peu à peu à apprécier cette courte accalmie. Un jour, Danno, alors qu'il fouillait dans la réserve, tomba sur un coffre qu'il ouvrit par curiosité. Il fît alors sauter le cadenas et tomba nez à nez avec un sabre à la puissance incommensurable. Le sabre émit alors une courte impulsion qui se propagea aux kilomètres alentours en propulsant Danno en arrière. Le vieil homme se releva alors prudemment et referma le coffre. Il se rappela que l'enfant qu'il élevait n'était pas comme les autres et que la première phase de son entrainement était achevé. Désormais il lui fallait l'initié à l'art du kido. Il retourna alors dans la pièce du vie où il attendit son apprenti qui ne tarda guère à revenir de la ville. Le jeune homme entra en trombe.

« C'était quoi tout à l'heure ? J'ai ressentis une énergie malsaine qui m'a transcendé.
_ C'était ton zanpakutoh, rétorqua Danno inquiet.
_ Mon quoi ?
_ Tu ne souviens déjà plus ? Silkar t'a remis ce sabre il y a quelques années de cela en t'expliquant d'où il provenait, non ?
_ Il m'a dit qu'il appartenu à un shinigami renégat autrefois et que ce sabre avait un nom : Storbinger. »

Lorsque le nom fût prononcé, la même énergie malsaine accabla les deux compagnons. Danno fût plaqué contre la table tandis que Revan fût contraint de poser un genou à terre. Le phénomène dura quelques secondes avant que tout ne redevienne à la normal. Danno se redressa alors tout en prenant une longue inspiration. Le visage raviné du vieil homme exprimait une frayeur que Revan n'avait jamais fût sur le visage d'un homme. Il commença alors à se demander ce qu'il se passait alors que la peur s'insinuait dans son cœur. Danno jeta alors un œil sur Revan.

« Pardonne-moi, mon garçon. J'ai libéré le seaux qui retenait Storbinger dans son coffre. Désormais elle te réclame.
_ Quoi ?
_ Je n'ai jamais voulu ça. J'avais oublié qu'auparavant j'avais scellé Storbinger dans ce coffre. Je me fais vieux.
_ Que va-t-il se passer alors ?
_ J'ai bien peur qu'Hijito se remette à ta recherche. Il a dû lui aussi ressentir les fluctuations de ton zanpakutoh. »

Revan fût alors terrifié à l'idée d'affronter le bountô qui avait exterminé son clan et assassiné son maître ainsi que sa sœur. Les mois passés ici l'avait ramolli, il le ressentait, mais il n'arrivait pas à chasser cette mauvaise sensation. Il avait peur, et c'était indéniable. Danno aussi avait peur. Il n'était plus que l'ombre du guerrier qu'il avait été autrefois. Il était vieux et incapable de reprendre les armes. Mais sa sagesse lui commanda de rassurer son protéger. Il se redressa alors vivement de sa chaise tout en tapant des plats de la mains sur la table.

« Tu affronteras ta destiné. Qu'elle te conduise dans les abîmes ou qu'elle te déclare vainqueur de ton duel. Mais en aucun cas tu ne te déroberas à ton destin. Toutefois, je ne laisserai pas Hijito te massacrer sans te laisser une chance. Nous irons dans les montagnes d'Hakkoda. Il s'y trouve un maître qui saura te rendre plus fort. »

C'est ainsi que les deux compagnons reprirent leur routes en errant à travers les villes et villages. Le vieil homme contraignait Revan à ralentir la cadence. Il fallait aussi qu'il évite de couper à travers champs et il furent même obligé de prendre le train afin que le vieil homme puisse achevé son voyage en vie. Revan n'aimait pas ça. Il était certain que des agents de la lune ensanglantée surveillaient les gares afin de savoir qui faisait quoi. Et si Hijito avait preuve de la reparution de Revan, tout serait perdu.
Toutefois leur périple s'acheva sans mauvaise rencontre. Ils firent leurs premiers pas dans une propriété en plein col. C'était un endroit perdu au milieu des monts. Personne ici ne pourrait les retrouver, surtout qu'apparemment une barrière les rendait indétectable. Les deux compagnons remontèrent le sentier. Revan aidait Danno à effectuer ses derniers pas jusqu'à ce qu'ils parviennent jusque sous le perron où un homme imposant les attendait.

« Ravis de te revoir, Stanley ! S'exclama Danno.
_ Moi aussi, mon vieil ami. Mon maître vous attends.
_ Comment savait-il que nous venions le voir ? S'interrogea Revan tandis que le géant le regardait d'un air hautain.
_ Mon maître sait beaucoup de choses. Par ici... »

Le géant pénétra dans la demeure suivit de près par les deux visiteurs. Le couloir était long, obscure et le parquet était traditionnellement posé à la japonaise. Revan nota quelques pièces le long du couloir, toute fermées. Il leur fallut se rendre à l'autre extrémité du corridor pour que le géant fasse coulisser une porte donnant sur une immense sale de rouge tapissée. Revan fit un premier pas et eu l'agréable surprise de sentir une moquette molle dans laquelle s'engouffrait son pied déchaussé. Le géant se décala sur la droite afin de laisser apparent les deux visiteurs venu voir le maître. Le vieil homme portait une longue barbe en bouc qu'il caressait sans arrêts. Il observait les deux nouveaux venus avec des yeux plissés qui laissaient transparaitre sa méfiance à leur égard. À cet instant-là, Revan aurait voulu se trouver à des kilomètres de ce lieu. Toutefois, le vieil homme se dérida et un large sourire illumina son visage aux traits ravinés. Il avait un petit nez aquilin qui lui donnait un air rusé. Ses yeux amandes, quant à eux, lui donnait ce regard perçant que nul autre n'aurait su reproduire. L'homme était de petite taille et portait de petits chaussons aux pieds. Assis en tailleur sur son coussin de velours rouge, le maître commença a exprimer sa joie par un petit ricanement.

« Entres mon vieil ami Danno ! Entres ! Stanley, veux-tu bien allez faire chauffer de l'eau s'il te plait ?
_ Tout de suite maître, rétorqua le géant d'une voix caverneuse tout en jetant un regard assassin sur Revan qui se ratatina.
_ Alors, poursuivit le vieil homme. Voici le très attendu Revan ?
_ C'est cela même, mon maître, répondit d'une voix étrangement respectueuse le vieux Danno.
_ Bien ! Le malin va donc pouvoir être renverser. Mais avant cela, il faut qu'il devienne un homme.
_ C'est pour cela même que nous avons fait tout ce voyage, ô grand maître. »

Revan jetait un regard d'incompréhension à son compagnon. Jamais il n'avait vu parler quelqu'un comme ça à une autre personne. Même Silkar n'exigeait pas que l'on s'adresse à lui sur ce ton. Ce vieil homme vivant dans les montagnes devait être très fort s'il méritait le respect de Danno. Car un redoutable guerrier tel que lui ne se laissait guère intimider de la sorte. Mais alors qu'il pensait à cela, Revan parvînt enfin à replacer le vieux Danno dans le clan. Lorsqu'il était plus jeune il était l'un des plus fidèle garde de Silkar. Sa loyauté sans faille lui commandait de s'adresser à ses supérieurs sur ce ton, néanmoins, il se comportait bien différemment avec les nouvelles recrues. Il était réputé pour sa rustre attitude et sa droiture légendaire. Danno était du genre à exiger l'irréprochable à ses élèves, si bien que certains d'entre eux se sont démarqué très vite à l'instar de Benkei qui du haut de ses neuf ans, dominait déjà les enfants de son âge et voir certains plus âgés. Revan compris alors pourquoi Danno ne lui avait rien appris. C'est qu'il n'avait rien a lui apprendre. Il s'était juste permis de lui confier des tâches pénibles afin qu'il acquière un corps robuste qui lui permettrait de suivre son véritable entrainement ; qui ne faisait aucun doute, se déroulerait ici-même... dans ces montagnes.
Alors que le vieil homme assis en tailleur invitait ses deux convives à s'installer. Stanley entrait déjà avec un plateau sur lequel il avait disposé des tasses et une théière. Revan apprécia cette délicate attention car ce voyage lui était paru pénible de par sa facilité. Il ressentait donc un grand besoin de se prélasser sur ces cousins confortables sur lesquels il était avachis.

« Revan, toi, tu vas te rendre dans l'arrière cour où Stanley te diras quoi faire. Ton entrainement début à l'instant. Bienvenue à Hakkoda! »


Partie II

« _ Frappes fort ! C'est tout ce que tu as, mauviette ?
_ HAAAAAAAA ! »

Stanley et Revan était encore à l'entrainement. Stanley l'initiait au combat au corps à corps. C'était un mélange de lutte et d'Aïkido. Les techniques de défense combinées aux attaques puissantes de la lutte donnait à cette façon de combattre quelque chose de bestiale. Revan fonça sur Stanley et le plaquant à la ceinture tout en lui soulevant les jambes pour s'assurer qu'il tombe au sol. Stanley tomba fortement sur le dos puis répliqua avec un coup de coude dans le dos de Revan qui répliqua aussi tôt avec un retournement et une clef de bras. Stanley, couché sur le ventre de Revan qui lui tendait le bras, utilisa son autre bras pour lui asséner un coup de coude dans les côtes. Revan lâcha prise et les deux combattants se remirent debout. Le géant fonça sur Revan et le plaqua. Revan fit un vol plané de quelques mètres pour aller s'écraser contre un rocher. Stanley poursuivit en le prenant par les cheveux pour lui donner un coup de genoux au visage. Revan fût propulsé en arrière et tomba sur le dos. Stanley se baissait pour le saisir par le col mais Revan lui passa les jambes aux cou et le fît chuter. Les deux hommes se relevèrent puis Stanley passa à l'attaque, mais Revan effectuer une passe de jambes qui déstabilisa Stanley, il le prit ensuite par le bras et le fit tomber au sol pour ensuite lui bloquer l'épaule. Seulement Revan s'était mal placé au dessus de lui et Stanley put lui donner un coup au genoux, ce qui le libéra.
Non loin, Danno et son maître observait la lutte. Revan avait fait des progrès en quatre ans. Si le géant n'avait pas eu presque trois cent ans d'expérience Revan aurait eu ses chances. L'élève avait désormais une condition physique convenable pour passer à la suite.
Des mois plus tard Revan terminait son entrainement au sabre. Le maitre d'Hakkoda lui enseigna les techniques les plus meurtrières qui firent leurs preuves lors de la sixième grande guerre. Certaines même furent utilisé par l'un des plus aguerri des bretteurs que les trois mondes n'aient jamais connu : Raven. Le jeune humain montrait des capacités d'apprentissage hors du commun, c'est alors que le maitre d'Hakkoda décida de conclure son entrainement. Il n'avait plus rien à lui apprendre. Désormais Revan était livré à lui même, condamné à progresser de lui même. Toutefois rien n'avait changé pour le jeune homme. Il ne voulait qu'une chose : une vengeance dans les règles. Pour se faire il lui faudrait un combat régulier. Il resta alors des mois à ourdir un plan jusqu'à ce que son ennemi fasse entendre parler de lui même. Le destin poussait une nouvelle fois Revan sur le chemin de la guerre. Il lui fallait prendre ses armes et voyager jusqu'à son lieu de bataille. Hijito organisait un tournoi qui offrirait au vainqueur le droit de combattre le chef de la Lune Ensanglantée en personne. Revan voyait là un moyen d'assouvir son besoin de vengeance mais aussi celui de mettre un terme aux horreurs perpétuées par l'organisation de l'ombre.

Quatre semaines plus tard Revan arrivait enfin aux portes de cette ville qu'il connaissait tant. Cette ville qui avait été le lieu funeste où il vît mourir Matsi. Ce lieu serait, il l'espérait, le lieu qui ferait revenir la lumière dans les esprits de tous ces opprimés par l'organisation que les mondes spirituels laissaient agir en toute impunité. Revan était vêtu d'une bure noire et portait un masque émeraude surmonté d'une capuche. Son zanpakutoh était rangé dans son fourreau qu'il portait sur le dos. Les passants le remarquaient tant l'évènement avait fait venir des personnalités importantes. Des Quinçys et humains spirituellement élevés avaient fait le déplacement pour les mêmes raisons que Revan : ils voulaient la mort d'Hijito.
Arrivés dans l'avenue principale menant au Colisée Revan vît une foule se ruer sur un véhicule chic. De par la fenêtre arrière Revan reconnu Hijito. Serrant les poings pour ne pas agir. Il lui fallut rassembler tous ses esprits afin de ne pas perdre sa lucidités et de commettre une erreur cruciale, celle d'agir dans l'instant. Lorsque la voiture passa, Revan reprit son chemin jusqu'au comptoir de ventes. Les places étaient à prix exorbitants, Revan le remarqua au premier coup d'œil, les gens étaient trop excités. Il se préparait ici bien plus qu'un simple tournoi. En surprenant une discussion entre deux hommes de forte corpulence il apprit que le chef de La Lune ensanglantée comptait écraser beaucoup de ses ennemis grâce à ce tournoi. Revan s'imagina alors que peut être Hijito n'avait pas dans ses projets immédiats de se débarrasser de lui. Cette chance, il lui fallait la saisir. Il se dirigea alors vers le comptoir en se frayant un passage sous les protestations de certaines personnes intrépides. Toutefois son masque et son zanpakutoh refroidissait la plupart des êtres spirituels du coin. Il parvînt alors au comptoir où un homme fétiche lui demanda s'il venait pour combattre ou pour assister au tournoi.

« Vous venez ici pour combattre ou pour assister au grand tournoi ?
_ Je viens ici pour me battre.
_ Très bien. Les dernières inscriptions se déroulent dans goales. Dépêchez vous, le grand maître achève les dernière préparatifs.
_ Le grand maitre ?
_ Le champion de l'arène pardi ! Dépêchez-vous avant qu'il ne clore les inscriptions. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Revan
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [A.C] Juste une petite promenade ... [PV Alwyne; Revan]
» 1001 excuses pour ne pas faire ses devoirs [Revan][terminé]
» La Garde Impériale (t'sais, les mecs en rouges?!)
» La militaire et le warcor (Franz et Skyler Revan )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Bleach-rpg :: Hors RPG :: Présentations :: Base de données-
Sauter vers: